Logo lieu

Y en a une de trop…

Notre balade en Orient commence donc par le gigantesque palais de Sargon II.

Afficher le cartel
  1. Orant au chevreau (Sargon II ?), Orthostate, entre 721 et 705 avant notre ère, bas relief, albâtre gypseux, 330 x 117 cm, Musée du Louvre, Paris. Photo : © 2012 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Thierry Ollivier

Qui dit grand palais dit grandes portes. Si grandes que de simples hommes ne suffisent pas à les garder.


C’est pourquoi le roi assyrien fait sculpter de grands taureaux dans la pierre. Deux à deux, ils surveillent chaque entrée de Khorsabad.

Lamassu,

vers 705 avant notre ère, haut-relief, albâtre gypseux, 420 x 436 x 97 cm, Musée du Louvre, Paris. Photo : © 2011 Musée du Louvre / Thierry Ollivier

Ce sont des "lamassu", taureaux ailés à visage humain surmontés de cornes et dotés… de cinq pattes ! Pourquoi cinq ? Parce que ces sculptures sont magiques. En cas de danger, elles peuvent courir après un ennemi. Mais pour cela, d’où qu’on le regarde, le taureau doit être bien stable sur ses pattes…

L'antique palais de Khorsabad était gardé par des taureaux sculptés dans la pierre, les "lamassu".