Toute maison bien ordonnée est l’image de l’âme du maître.
Jean-Jacques Rousseau

Passage à vide

Où l’on joue aux détectives dans un appartement vide.

Samuel van Hoogstraten, Les Pantoufles, vers 1658, huile sur toile, 103 x 70 cm, Musée du Louvre, Paris. Photo : © 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec

Quel étrange tableau que cette œuvre de Samuel Van Hoogstraten ! L’artiste n’a peint qu’une enfilade de pièces vides. Pourtant, à y regarder de plus près, cet intérieur bourgeois du 17e siècle est bien habité...

En réalité, la maîtresse de maison semble partie à la hâte. Elle a abandonné un balai et ôté ses pantoufles, qui traînent au milieu de la pièce. La jeune femme a même oublié de refermer la porte, en laissant les clés sur la serrure. Voilà qui n’est pas sérieux !

Qu'est-ce qui a pu l’inciter à quitter son foyer ? Pour comprendre, il faut jeter un coup d’œil au tableau sur le mur. On y voit une jeune femme en pleine conversation avec un amant. Une scène scandaleuse pour l’époque ! Comme son alter ego peint, la fameuse absente aurait donc délaissé son ménage pour partir avec un amoureux...

Rien de romantique dans l’esprit de Van Hoogstraten : il s’agit plutôt de dénoncer ce type de comportement.

Cette explication a pourtant échappé à de nombreux spectateurs : au 19e siècle, pour remplir ces décors trop vides, on a rajouté une jeune fille ainsi qu’un chien à la scène ! Heureusement, grâce aux restaurateurs du Louvre, cet intérieur est aujourd’hui dans son état d’origine, parfaitement vide...

Samuel van Hoogstraten, Les Pantoufles (détail), vers 1658, huile sur toile, 103 x 70 cm, Musée du Louvre, Paris. Photo : © 2008 Musée du Louvre / Georges Poncet